Deathwatch - Stars of Strife

Mission d'escorte sur Karlak - 2nd rapport

+ + + Procédure d’identification… + + +
+ + + Identité confirmée: Frère Varus – Deathwatch + + +
+ + + Recherche accréditation… + + +
+ + + Accréditation Sigma Prime + + +
+ + + Coordonnées Temporelles: 220 816M41 + + +

Rapport n°2
Mission: escorte et d’investigation
Lieu d’intervention: Karlak, monde forteresse, ceinture de fer, Etendues de Jericho

Après la tentative d’assassinat avortée contre l’Inquisitrice Quist, nous avons laissé celle-ci dans ses quartiers, sous la garde de frère Varus. Nous nous sommes dirigés vers les anciens quartiers de l’inquisiteur Vincent afin de les examiner. Nous y avons relevé 3 éléments:

  • les lieux avaient déjà été fouillés, malgré les dires du Seigneur Général Iacton, qui prétendait le contraire
  • nous avons retrouvé une liste d’artefacts xenos, vraisemblablement recouvrés par l’inquisiteur Vincent dans le cadre de ses recherches. Elément notable: il mentionne un certain Dyne. Ses mots laissent à penser que ce dernier pourrait être une sorte d’expert en artefacts xenos. Peut-être l’un des acolytes de l’inquisiteur?
  • une note déchirée, mentionnant la porte d’une cité, porte dont la clé serait étrangère à notre entendement.

Après cette perquisition, nous avons rencontré à nouveau le Seigneur Général. Ayant les soupçons les plus graves quant à l’identité des personnes ayant cherché à assassiner l’inquisitrice, nous avons décidé de brouiller les pistes afin d’optimiser le dispositif de protection de Quist. Aussi avons-nous laissé croire au Seigneur Général que l’inquisitrice avait trépassé.
Frère Ares a ausculté le coffre-fort de l’officier. Nous pensons que l’assassin est parvenu à déjouer le système de sécurité de celui-ci. Il avait peut-être laissé quelques indices. Ares ne put malheureusement que nous confirmer ce que nous soupçonnions: le coffre avait bien été forcé – réduisant davantage encore les suspicions pouvant porter sur le Seigneur Général – et ce par un expert.

Afin de la soustraire à toute tentative de meurtre ultérieure, je chargeais frères Adivarus et Helmut d’évacuer l’inquisitrice discrètement dans l’Angelus Invictus. En parallèle, nous laisserions filtrer l’information inexacte de la mort de l’inquisitrice, en espérant leurrer nos ennemis.
Pendant ce temps, Frère Elias et moi-même rencontrions le Prince Préfet Allewis LXXXIII, ancien potentat de Karlak, aujourd’hui gouverneur planétaire impérial mais soumis à l’autorité du Seigneur Général dans le cadre de l’effort de guerre. Le personnage est flagorneur et d’une certaine arrogance. Il ne comprend pas la portée et l’importance capitale de la croisade pour l’Imperium et pour les mondes des Etendues de Jericho. Notamment, il répugne à mettre au service de l’intérêt supérieur de l’Imperium les membres de sa garde personnelle. Pourtant, il sait des choses et pouvait nous mettre sur une piste quant à nos investigations. Négociant ces informations contre une intervention auprès du Seigneur Général afin qu’il réduise la ponction du recrutement parmi les gardes du Prince Préfet, ce dernier nous révéla que le plus fort des rébellions et des mutineries avaient eu lieu dans les iles de l’hémisphère sud.

Au retour de cet entretien, nous fumes mis en alerte par une explosion. Elias et moi-même accourions sur les lieux de celle-ci pour nous rendre compte qu’une attaque d’insurgés était en cours. Ceux-ci avaient fait exploser un camion-citerne, et plusieurs d’entre eux portaient des sacs d’explosifs qu’ils faisaient exploser dans des attaques suicides, semant la panique et la confusion dans les troupes du Seigneur Général. Les frères Helmut et Adivarus étaient déjà sur place, ayant suivi les instructions pour mettre l’inquisitrice Quist en lieux sûrs. Ils opposèrent aux insurgés un barrage de feu afin d’éviter qu’ils n’approchent trop du vaisseau de Quist, en train de décoller. Elias et moi-même opérions afin de circonscrire les mutins dans la grande cour de la forteresse, et ainsi les empêcher d’atteindre leurs objectifs avec leurs charges explosives. Nous fument bientôt rejoins en cela par frère Ares, qui sécurisa le principale ascenseur vers les hauteurs de la forteresse. Les mutins occasionnèrent des pertes dans les troupes impériales, mais notre intervention permis de limiter celles-ci, et les mutins furent bientôt tous éliminés, sauf un, que nous capturions pour l’interroger. Je tiens à signaler ici l’action héroïque de frère Ares qui, quoique relativement nouveau dans notre équipe, fit honneur aux Irons Hands lors de cette escarmouche. Il extermina à lui seul toute une escouade de combat de l’assaillant en dépit des circonstances délicates dans lesquelles il se trouvait, et parvient avec brio à stopper l’ascension d’une unité kamikaze ennemie.

Les résultats de l’interrogatoire se révélèrent intéressants, en nous laissant apercevoir quel était le niveau de trouble sur cette planète. Nous étions au courant des insurgés localisés dans le sud de la planète, les xenos-adorateurs, mais ceux-ci étaient des partisans d’une autre faction, cherchant à éliminer le Prince Préfet Allewis LXXXIII. En nous renseignant sur les mobiles de ces attaques, nous apprîmes que le Prince Préfet avait fait éliminer une maison rivale pour son bénéfice personnel. Il ne nous appartient pas de juger le bien-fondé ou non des actions des insurgés. Les Etendues de Jericho sont un théâtre de guerre. Aucune sédition contre l’Impérium, sous quelque raison que ce soit, ni est tolérable. Le prisonnier fut exécuté et nous résolument de neutraliser cette faction si l’opportunité se présentait.
Au demeurant, un détail nous préoccupait: ces rebelles avaient aussi fait preuve d’une organisation élaborée et de probables complicités dans les rangs impériaux. La possibilité que tous ces groupes d’égarés agissent sans le savoir pour le compte d’un unique comploteur ne nous échappait pas, et nous enjoignait à prendre le maximum de précautions.

Nos doutes furent confirmés quelques heures plus tard, lorsque, voulant nous renseigner sur qui avait pu fouiller les appartements de l’inquisiteur Vincent et piéger le coffret destiné à l’inquisitrice Quist, nous apprîmes deux éléments saisissants:
- il nous fut signalé que les dernières personnes à avoir visité les appartements de Vincent avant notre arrivée étaient des Astartes, portant les insignes des Black Templars.
- les enregistrements de surveillance sur ces 15 derniers jours nous ont montré que des Astartes aux couleurs des Black Templars circulaient dans le périmètre de la base. Certaines vidéos de cette période étaient inexplicablement manquantes, et, fait des plus étranges, le Seigneur Général lui-même n’avait pas eu connaissance de la visite de ces Astartes.
Ces éléments, sans les confirmer, corroboraient l’intuition de frère Elias sur l’identité possible de nos véritables ennemis. Seule cette légion renégate avait recours au procédé d’adopter l’identité de chapitres loyaux à l’Imperium. Car il ne faisait nul doute que ces “Black Templars” étaient des imposteurs, ayant pénétré la forteresse pour récupérer les informations de Vincent et laisser un colis piégé pour Quist.
Les seules informations complémentaires dont nous disposions étaient que les Black Templars avaient été vus se diriger ensuite vers la cité et le Cénotaphe.

La suite des opérations consista donc ensuite à nous rendre au Cénotaphe en question, en espérant y retrouver la trace de nos adversaires, même si ceux-ci avaient plusieurs jours d’avance.
En chemin, nous apprîmes l’existence d’une 3ème faction contribuant à miner l’ordre Imperial dans la région: les Passeurs de Transpire, opérant dans le domaine de la xeno-excavation et du marché froid, autant d’activités proscrites qui contribuait à l’atmosphère séditieuse de Karlak.

Arrivés au Cenotaphe, nous constations que la base en avait été percée, et à l’intérieur, le sol avait lui aussi était percé avec le même procédé que la base du monument. Ce passage ouvrait vers des catacombes datant d’avant le retour de l’Imperium dans le secteur. Ces catacombes étaient antiques, et semblaient avoir recelé des artefacts xenos. Sur place, nous interpellions 3 vulgaires pillards. Ne valant même pas les bolts pour mettre fin à leur vie, nous les laissions filer, non sans les avoir fait parler: ils ont entendu parler d’astartes ouvrant le passage quelques jours plus tôt. Mais surtout, ils nous expliquèrent avoir vu, quelques heures auparavant, toute une procession de cultistes se rendre en direction des parties basses des catacombes, vers une destination inconnue.

Nous suivîmes cette piste, qui nous mena vers une large salle, gravée de motifs indubitablement Xenos. Malgré notre formation à différents systèmes de marquages xenos, nous fumes incapables d’attribuer ces glyphes à une quelconque race connue de nous. En revanche, ils semblaient correspondre aux glyphes présents sur les artefacts collectés par l’inquisiteur Vincent. Cette pièce nous paraissait extrêmement ancienne, datant probablement d’avant l’ère de l’Imperium, et peut-être même d’avant les premiers pas de l’homme hors de la Sainte Terra. je suggère l’investigation de ces ruines par une équipe d’adeptes et d’historiographes pour tâcher d’en savoir plus.
Au centre de cette salle s’ouvrait un puits très profond, d’où s’élevaient les échos de prières impies. En bas de ce puits, nous pûmes apercevoir une assemblée.
Décidés à en savoir plus, nous entreprîmes la descente de ce puits de plusieurs centaines de mètres de profondeur. Arrivés à proximité de l’assemblée, nous confirmions visuellement qu’il s’agissait bien de xeno-cultistes. Ils étaient regroupés dans un immense cercle gravé dans la pierre, et rendaient louange à une statue, parodie grotesque de squelette humain. La statue en question correspondait largement aux histoires du folklore local parlant d’anciens êtres habitant cette planète avant la venue de l’homme, et élevant leurs élus au bonheur suprême. Ces cultistes s’étaient fourvoyer avec les xenos, et un châtiment rapide serait faire preuve de pitié envers eux, en leur permettant d’en finir avec leur existence corrompue.
Nous purgeâmes la centaine de cultistes avec célérité et regret. Il n’est jamais agréable de devoir expurger des frères gangrenés par la souillure du chaos ou des xenos. Il convient néanmoins de signaler que ces cultistes nous opposâmes une résistance farouche, recourant notamment à des armes xenos de facture inconnue mais à grand pouvoir destructeur. Il m’a semblé que le mode de fonctionnement de ces armes reposait sur une sorte de désintégration, moléculaire ou même atomique, mais je ne puis en être sûr.
Nous saisîmes l’une de ces armes intacte, et la sécurisions pour investigation par l’Ordo Xenos.

Empruntant l’itinéraire que ces cultistes avaient dû emprunter pour descendre, nous remontions vers la surface pour aboutir dans une tannerie. Procédant à un interrogatoire des occupants, nous apprîmes que le maitre de cette tannerie était le chef des cultistes que nous avions éliminés.

Peu de temps après, nous fûmes contacté par celui qui se présenta à nous comme Lazel Dyne, un ancien acolyte de l’inquisiteur Vincent, sans nouvelles de son maître depuis un an. Il nous indiqua avoir souhaité accompagné son seigneur lors du départ en expédition de celui-ci, mais ce dernier lui ordonna spécifiquement de ne rien en faire, et de rester dans la cité, “au cas où les choses tourneraient mal”. Je ne peux ici que louer la sagacité de l’Inquisiteur.

Dyne nous apprit que son maitre était parti dans l’hémisphère sud, vers la zone où il supposait que se trouvait la fameuse cité xenos. Dyne fut en mesure de nous circonscrire grossièrement la région en question, vers laquelle nous résolûmes de nous rendre dans les plus brefs délais. Il nous restait cependant un détail à régler avant de partir. Grâce à Dyne, nous pûmes arranger un rendez-vous avec Alexeï Drahj, le chef local du cartel des passeurs de Transpire. Trop de foyers d’hérésie existaient sur cette planète, et nous souhaitions les anéantir un à un.
En quelques minutes, l’affaire fut réglée, mais Alexeï Drahj se révéla plus corrompu encore que nous ne l’envisagions. Il eut ainsi recours à plusieurs artefacts xenos impies pour nous affronter, se livrant à diverses sorcelleries xenos pour nous abuser et tenter de prendre le dessus sur nous. Mais notre foi en Sa grandeur et le Saint Bolter nous apportèrent une victoire rapide.

Nous préparions ensuite notre trajet vers l’hémisphère sud. La zone indiquée par Dyne était assez vaste, en plein territoire insurgé, et comprenait 4 forteresses impériales. Chacune d’entre elles avait pu servir d’étape à l’inquisiteur Vincent un an auparavant. Nous décidions de visiter les 4 forteresses.

Fin du rapport.

Pensée du jour: La foi d’un guerrier en son commandant constitue sa meilleure armure et sa plus puissante arme.

+ + + Procédure de transmission… + + +
+ + + Transmission confirmée + + +
+ + + Procédure de déconnexion… + + +
+ + + Déconnexion confirmée + + +

Comments

Tristelune

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.