Deathwatch - Stars of Strife

Mission d'escorte sur Karlak - 3ème rapport

+ + + Procédure d’identification… + + +
+ + + Identité confirmée: Frère Varus – Deathwatch + + +
+ + + Recherche accréditation… + + +
+ + + Accréditation Sigma Prime + + +
+ + + Coordonnées Temporelles: 225 816M41 + + +

Rapport n°3
Mission: escorte et d’investigation
Lieu d’intervention: Karlak, monde forteresse, ceinture de fer, Etendues de Jericho

En chemin vers l’hémisphère Sud de karlak, nous étudions nos options. 4 forteresses impériales étaient positionnées dans la zone désignée par Dyne:

  • Kal Tan, équipée de dispositifs d’augures géomantiques
  • Kal Dir, signalée comme assaillie par les Renaissants, les insurgés
  • Kal Vox, le plus grand des forts, disposant de personnel expérimenté et d’équipements auspex
  • Kal Tran, un base navale, disposant en particulier d’appareils sous-marins

Kal Tan et Kal Vox, et leurs équipements respectifs, devaient nous permettre de positionner la cité xenos plus précisément, aussi en faisons-nous notre première destination. Toutefois, nous ne pouvions permettre aux insurgés d’assaillir plus longtemps les forces impériales, aussi frère Adivarus commandit-il à l’escouade d’assaut réquisitionnée de converger vers cette position, avec pour objectifs de tenir la base, de repousser les assauts insurgés et d’exterminer les forces ennemies en présence. Nous les rejoindrions après notre passage à Kal Tan et Kal Vox.

Kal Tan apporta les réponses attendues. Nous dûmes cependant au préalable assister le magos Quezalt dans un rituel géomantique afin de contrôler l’erruption du volcan constituant l’île et stopper le raz-de-marée qui menaçait de l’engloutir. Quezalt fut ensuite en mesure de géolocaliser la cité. Détail inquiétant: les ondes sismiques à l’origine du réveil du volcan et du raz-de-marée avaient pour origine la cité en question. C’est avec ces précieuses informations et ces inquiétantes précisions que nous convergeons ensuite vers Kal Vox.

Sur place, nous constatons la situation délicate dans laquelle se trouve cette forteresse. Ravagée par les intempéries et les conditions atmosphériques de la région, la plupart des systémes de précision de la base ont été endommagés. De plus, la structure de la base elle-même est compromise, nécessitant des efforts permanents des effectifs en place pour ne serait-ce que la maintenir debout. Je chargeais frère Helmut de voir comment il pouvait consolider la superstructure en un temps réduit, tandis que frère Ares recevait pour instruction de réparer autant que faire se pouvait les équipements de précision de la forteresse. Pendant ce temps, l’officier en place m’expliquait la situation: sans ravitaillement en pièces détachées, ils avaient étaient contraint d’emprunter des pièces aux équipements de précision pour renforcer la superstructure de la forteresse, d’où l’état de ces équipements. Une fois réparés, les équipements ne purent que nous confirmer les informations fournies par le Magos géomancien Quezalt. Nous repartîmes donc immédiatement vers Kal Dir.

Nous y faisons jonction avec l’escouade d’assaut qui s’apprétait à donner l’assaut final aux forces des Renaissants. Ceux-ci reçoivent leur juste chatiment. Le commandant de la base nous apprend que les insurgés cherchaient à capturer la base pour s’emparer des artefacts xenos qui venaient d’être exhumés de ses fondations. Nous procédons à un examen rapide de ceux-ci, et l’acolyte Dyne nous signale avec étonnement que l’un d’eux est une réplique de la “clé” possédée par Vincent. Nous réquisitionnons la clé en question, estimant qu’il s’agit peut-être d’une seconde clé qui nous permettra d’atteindre la cité et achever la mission de l’Inquisiteur.

A ce stade, il ne nous reste plus qu’à obtenir un véhicule sous-marin, capable de supporter la pression de -10 000 mètres, profondeur estimée de la cité engloutie. Nous faisons route vers Kal Tran, où nous apprenons que la base a été infiltrée par des rebelles il y a quelques jours et que ceux-ci ont volé leur seul exemplaire de sous-marin pouvant naviguer à ces profondeurs. Les éléments se recoupent alors: pour des besoins encore non identifiés, la force qui manipule tous ces rebelles cherche à atteindre la cité xenos. Elle a fouillé les affaires de l’inquisiteur Vincent, et subtilisé son exemplaire de la clé. Elle a volé un sous-marin pour atteindre la cité en question. L’officier de la base nous apprend que le sous-marin a été repéré de l’autre côté de l’île, dans l’un des camps rebelles. Nous nous mettons en route immédiatement pour purger le camp de la présence rebelle et sécurisé le véhicules. Sur place, l’engagement est féroce. Les rebelles sont quelques centaines, et disposent d’armes xenos redoutables, assez similaires à celles que nous avons capturées sous le Cenotaphe.
Leur chef en particulier dispose d’un équipement xenos ésotérique. Nous parvenons néanmoins à éliminer ces hérétiques. Nous nous pressons d’aborder le sous-marin pour éviter tout sabotage. En son sein, nous sommes ralentis par des hereteks et un membre des légions renégates: un Alpha légionnaire! Les intuitions de frère Elias se révélaient justes! Nous parvenons à les neutraliser avant qu’ils ne puissent saborder le navire. Dans l’une des pièces du batiment, nous trouvons une vingtaine de cultistes Renaissants, auxquels nous apportons le juste chatiment de l’Empereur.

L’un des rebelles capturés nous apprend que plusieurs Alpha Légionnaires se sont déjà rendus dans la cité sous-marine, avec d’autres cultistes, et qu’ils demandaient toujours davantage de Renaissants pour les assister sur place.

Le Magos Quezalt nous signale alors que les ondes sismiques sont de plus en plus fréquentes, et semble marquer une sorte de compte à rebour.

Ne pouvant patienter davantage, nous hâtons les préparations d’une expédition d’extermination vers la cité Xenos, bien décidés à héradiquer la souillure hérétique de cette planète.

L’épicentre séismique – qui devait correspondre à la cité engloutie – fut atteint quelques heures plus tard. Les coordonnées exactes sont [ expurged by the authority of the Inquisition ]. L’approche finale a été rendue difficile par différents phénomènes étranges que nous avons attribué à des ondes électromagnétiques intenses. Une fois sur place, nous avons constaté que l’artefact xenos correspondant à la clé que nous avons récupéré sur Kal Dir s’était mis à luire fortement et émettre de la chaleur.
Dans un flash aveuglant dégagé par l’artefact, notre équipe d’extermination a été transportée – manifestement par une technologie ressemblant à la téléportation – vers l’intérieur du dôme de force qui recouvrait l’ensemble de la cité xenos. Loin au-dessus de nos tête, par delà le champ de force, nous pouvions apercevoir le sous-marin avec lequel nous avions fait route.
Les ondes séismiques se faisant de plus en plus rapprochée, nous débutons une progression dans cette cité impie et multi-millénaire. L’architecture y est cyclopéenne, et souvent de forme pyramidale, quoique certaines structures semblaient présenter des angles non-euclidiens. Au niveau de ce que nous identifions comme étant probablement le centre de cette cité, un gigantesque cristal pulsait d’énergie et était couronnés d’éclairs verdatres.
Nous constations en parallèle que l’alimentation de nos armures – et même nos propres forces vitales – semblaient être drainées en continue.
Les techmarines Helmut et Ares, procédant à divers contrôles auspex et augures, formulèrent l’hypothèses que ce cristal drainait effectivement les énergies alentour afin d’alimenter la cité. Les pulsations séismiques répétées devaient être un effet secondaire faisant office de compte à rebour avant un événement majeur.
Projection primaire: l’événement majeur en question pourrait être le réveil de sa cité et de ses habitants
Projection secondaire: étant donné l’implication des forces de la ruine dans ce réveil, il est fort probable que ce réveil soit annonceur de désastres pour les forces impériales situées sur cette planète.
Projection tertiaire: les forces de l’Alpha Légion cherchent à réveiller une antique race oubliée afin de semer le chaos dans les forces impériales de Karlak et donc destabiliser l’ensemble du dispositif militaire constituant le Collier de Fer, affaiblissant ainsi la croisade dans son ensemble, et permettant à ses agents de prendre l’ascendant sur un certain nombre de théatres d’opération.
Protocole d’intervention: recherche et extermination.

Nous convergons vers le cristal, situé à plusieurs centaines de mètres de hauteur, au sommet d’un entrelac de passerelles, lesquelles prennent naissances sur les flancs de structures pyramidales gigantesques.
Flottant autour du cristal se trouve plusieurs structures pyramidales de dimensions plus petites et flottant dans les airs. Ces structures – d’environs 10 à 15 mètres de coté – ont leurs flancs hérissés des mêmes types d’armes xenos que celles dont disposaient les renaissants, cependant de taille supérieure.

Notre progression rapide est cependant ralentie par un premier accrochage avec les légionnaires alpha. Ceux-ci attendaient en embuscade derrière une sorte d’exosquelette cyber-mécanique de 8 mètres de long et muni de pseudo-podes.
Projection primaire: il semble que la cité xenos ne soit pas sans défenseur. Les Forces du chaos ont sans doute du faire face à un dispositif de défense lors de leur infiltration de la cité.
Le combat est acharné et frère Varus est griévement blessé. Guidés par l’Empereur, nous finissons cependant par apporter un juste châtiment à ces âmes corrompues. Après avoir prodigués quelques soins à frère Varus, nous reprenons notre progression. Nous finissons par aboutit dans une grande pièce agrémentée en son centre d’un cercle occulte. Sur la bordure du cercle, nous découvrons le chef des légionnaires Alpha, mortellement blessé. Il nous dit s’appeler Lamdus Rize et avoir été terrassé par le vrai commanditaire de leur mission, un sorcier du nom de Sethahar [ Inquisitorial invesgation on process ], opérant lui-même sous les ordres de Dahzak, un puissant sorcier et devin des Thousand Sons, et vétéran de l’Hérésie d’Horus, lequel conspirerait contre l’Imperium sur le monde de Samesh. Réalisant la véritable nature du plan du sorcier, il a voulu le trahir, mais il fut trahi le premier et laissé mourrant peu avant notre arrivée. Il nous apprend que le sorcier a effectivement lancé le protocole pour réveiller les habitants de la cité xenos, lesquels reposent dans plusieurs centaines de milliers de cryptes individuelles et constituent une menace pour tous.
Nous reprenons notre progression avec hâte, bien décidés à détruire la source d’énergie pouvant rendre cette “résurrection” possible.
Nous sommes confrontés en chemin à l’une des créatures cyber-mécaniques dont nous avions rencontré l’épave plus tôt. Cette créature fait usage à notre encontre d’armes extrémement puissantes, mais, par le Bolt et par le Glaive, nous finissons par l’abattre. Le cristal en lui-même nous pose une autre sorte de défi, étant protégé par un champ de force d’une magnitude que je n’avais jamais observée jusqu’à présent. De plus, il semble disposer d’un système d’autodéfenses projettant de gigantesques élcairs d’énergie sur ses agresseurs. Conjuguant l’ensemble de notre puissance de feu, avec plusieurs grandes antichar et bombes de démolition, nous parvenons à mettre au service le système antigrav qui permettait au cristal de flotter. Celui-ci s’est alors abimé plusieurs centaines de mètres plus bas en milliers de fragment. Aussitôt, les pulsations séismiques s’arrétèrent, la semi activité de la cité se figea, et le champ de force maintenant l’océan au dessus de nos tête commença à disparaitre, faisant s’abattre des cataractes d’eau. Nous n’eumes que le temps de rejoindre le cercle de téléportation mis en place par les renégats afin de nous transporter sous les ruines de la capitale planétaire, à l’endroit même ou nous avions exterminé une horde de cultistes quelques jours plus tôt.
Nous nous mimes en chasse de Dahzak, mais celui-ci semblait avoir quitté les lieux.

Nous fimes un rapport préliminaire à l’Inquisitrice Quist et mimes le Seigneur Général Iacton au courant de ces éléments. Nous restâmes encore quelques jours sur cette planète pour mettre un terme à la rébellion des Fils de Taeg: quelle que soit la justesse de leur vengeance, il est intolérable que des activités de rébellions – même internes à la polique d’une planète – prennent place sur un théatre de guerre.

Pensée du jour: Des murailles d’adamantium et des bunkers de plastacier peuvent sembler infranchissables, mais une foi inébranlable dans l’Empereur Immortel peut jeter à bas n’importe quelle forteresse.

+ + + Procédure de transmission… + + +
+ + + Transmission confirmée + + +
+ + + Procédure de déconnexion… + + +
+ + + Déconnexion confirmée + + +

View
Mission d'escorte sur Karlak - 2nd rapport

+ + + Procédure d’identification… + + +
+ + + Identité confirmée: Frère Varus – Deathwatch + + +
+ + + Recherche accréditation… + + +
+ + + Accréditation Sigma Prime + + +
+ + + Coordonnées Temporelles: 220 816M41 + + +

Rapport n°2
Mission: escorte et d’investigation
Lieu d’intervention: Karlak, monde forteresse, ceinture de fer, Etendues de Jericho

Après la tentative d’assassinat avortée contre l’Inquisitrice Quist, nous avons laissé celle-ci dans ses quartiers, sous la garde de frère Varus. Nous nous sommes dirigés vers les anciens quartiers de l’inquisiteur Vincent afin de les examiner. Nous y avons relevé 3 éléments:

  • les lieux avaient déjà été fouillés, malgré les dires du Seigneur Général Iacton, qui prétendait le contraire
  • nous avons retrouvé une liste d’artefacts xenos, vraisemblablement recouvrés par l’inquisiteur Vincent dans le cadre de ses recherches. Elément notable: il mentionne un certain Dyne. Ses mots laissent à penser que ce dernier pourrait être une sorte d’expert en artefacts xenos. Peut-être l’un des acolytes de l’inquisiteur?
  • une note déchirée, mentionnant la porte d’une cité, porte dont la clé serait étrangère à notre entendement.

Après cette perquisition, nous avons rencontré à nouveau le Seigneur Général. Ayant les soupçons les plus graves quant à l’identité des personnes ayant cherché à assassiner l’inquisitrice, nous avons décidé de brouiller les pistes afin d’optimiser le dispositif de protection de Quist. Aussi avons-nous laissé croire au Seigneur Général que l’inquisitrice avait trépassé.
Frère Ares a ausculté le coffre-fort de l’officier. Nous pensons que l’assassin est parvenu à déjouer le système de sécurité de celui-ci. Il avait peut-être laissé quelques indices. Ares ne put malheureusement que nous confirmer ce que nous soupçonnions: le coffre avait bien été forcé – réduisant davantage encore les suspicions pouvant porter sur le Seigneur Général – et ce par un expert.

Afin de la soustraire à toute tentative de meurtre ultérieure, je chargeais frères Adivarus et Helmut d’évacuer l’inquisitrice discrètement dans l’Angelus Invictus. En parallèle, nous laisserions filtrer l’information inexacte de la mort de l’inquisitrice, en espérant leurrer nos ennemis.
Pendant ce temps, Frère Elias et moi-même rencontrions le Prince Préfet Allewis LXXXIII, ancien potentat de Karlak, aujourd’hui gouverneur planétaire impérial mais soumis à l’autorité du Seigneur Général dans le cadre de l’effort de guerre. Le personnage est flagorneur et d’une certaine arrogance. Il ne comprend pas la portée et l’importance capitale de la croisade pour l’Imperium et pour les mondes des Etendues de Jericho. Notamment, il répugne à mettre au service de l’intérêt supérieur de l’Imperium les membres de sa garde personnelle. Pourtant, il sait des choses et pouvait nous mettre sur une piste quant à nos investigations. Négociant ces informations contre une intervention auprès du Seigneur Général afin qu’il réduise la ponction du recrutement parmi les gardes du Prince Préfet, ce dernier nous révéla que le plus fort des rébellions et des mutineries avaient eu lieu dans les iles de l’hémisphère sud.

Au retour de cet entretien, nous fumes mis en alerte par une explosion. Elias et moi-même accourions sur les lieux de celle-ci pour nous rendre compte qu’une attaque d’insurgés était en cours. Ceux-ci avaient fait exploser un camion-citerne, et plusieurs d’entre eux portaient des sacs d’explosifs qu’ils faisaient exploser dans des attaques suicides, semant la panique et la confusion dans les troupes du Seigneur Général. Les frères Helmut et Adivarus étaient déjà sur place, ayant suivi les instructions pour mettre l’inquisitrice Quist en lieux sûrs. Ils opposèrent aux insurgés un barrage de feu afin d’éviter qu’ils n’approchent trop du vaisseau de Quist, en train de décoller. Elias et moi-même opérions afin de circonscrire les mutins dans la grande cour de la forteresse, et ainsi les empêcher d’atteindre leurs objectifs avec leurs charges explosives. Nous fument bientôt rejoins en cela par frère Ares, qui sécurisa le principale ascenseur vers les hauteurs de la forteresse. Les mutins occasionnèrent des pertes dans les troupes impériales, mais notre intervention permis de limiter celles-ci, et les mutins furent bientôt tous éliminés, sauf un, que nous capturions pour l’interroger. Je tiens à signaler ici l’action héroïque de frère Ares qui, quoique relativement nouveau dans notre équipe, fit honneur aux Irons Hands lors de cette escarmouche. Il extermina à lui seul toute une escouade de combat de l’assaillant en dépit des circonstances délicates dans lesquelles il se trouvait, et parvient avec brio à stopper l’ascension d’une unité kamikaze ennemie.

Les résultats de l’interrogatoire se révélèrent intéressants, en nous laissant apercevoir quel était le niveau de trouble sur cette planète. Nous étions au courant des insurgés localisés dans le sud de la planète, les xenos-adorateurs, mais ceux-ci étaient des partisans d’une autre faction, cherchant à éliminer le Prince Préfet Allewis LXXXIII. En nous renseignant sur les mobiles de ces attaques, nous apprîmes que le Prince Préfet avait fait éliminer une maison rivale pour son bénéfice personnel. Il ne nous appartient pas de juger le bien-fondé ou non des actions des insurgés. Les Etendues de Jericho sont un théâtre de guerre. Aucune sédition contre l’Impérium, sous quelque raison que ce soit, ni est tolérable. Le prisonnier fut exécuté et nous résolument de neutraliser cette faction si l’opportunité se présentait.
Au demeurant, un détail nous préoccupait: ces rebelles avaient aussi fait preuve d’une organisation élaborée et de probables complicités dans les rangs impériaux. La possibilité que tous ces groupes d’égarés agissent sans le savoir pour le compte d’un unique comploteur ne nous échappait pas, et nous enjoignait à prendre le maximum de précautions.

Nos doutes furent confirmés quelques heures plus tard, lorsque, voulant nous renseigner sur qui avait pu fouiller les appartements de l’inquisiteur Vincent et piéger le coffret destiné à l’inquisitrice Quist, nous apprîmes deux éléments saisissants:
- il nous fut signalé que les dernières personnes à avoir visité les appartements de Vincent avant notre arrivée étaient des Astartes, portant les insignes des Black Templars.
- les enregistrements de surveillance sur ces 15 derniers jours nous ont montré que des Astartes aux couleurs des Black Templars circulaient dans le périmètre de la base. Certaines vidéos de cette période étaient inexplicablement manquantes, et, fait des plus étranges, le Seigneur Général lui-même n’avait pas eu connaissance de la visite de ces Astartes.
Ces éléments, sans les confirmer, corroboraient l’intuition de frère Elias sur l’identité possible de nos véritables ennemis. Seule cette légion renégate avait recours au procédé d’adopter l’identité de chapitres loyaux à l’Imperium. Car il ne faisait nul doute que ces “Black Templars” étaient des imposteurs, ayant pénétré la forteresse pour récupérer les informations de Vincent et laisser un colis piégé pour Quist.
Les seules informations complémentaires dont nous disposions étaient que les Black Templars avaient été vus se diriger ensuite vers la cité et le Cénotaphe.

La suite des opérations consista donc ensuite à nous rendre au Cénotaphe en question, en espérant y retrouver la trace de nos adversaires, même si ceux-ci avaient plusieurs jours d’avance.
En chemin, nous apprîmes l’existence d’une 3ème faction contribuant à miner l’ordre Imperial dans la région: les Passeurs de Transpire, opérant dans le domaine de la xeno-excavation et du marché froid, autant d’activités proscrites qui contribuait à l’atmosphère séditieuse de Karlak.

Arrivés au Cenotaphe, nous constations que la base en avait été percée, et à l’intérieur, le sol avait lui aussi était percé avec le même procédé que la base du monument. Ce passage ouvrait vers des catacombes datant d’avant le retour de l’Imperium dans le secteur. Ces catacombes étaient antiques, et semblaient avoir recelé des artefacts xenos. Sur place, nous interpellions 3 vulgaires pillards. Ne valant même pas les bolts pour mettre fin à leur vie, nous les laissions filer, non sans les avoir fait parler: ils ont entendu parler d’astartes ouvrant le passage quelques jours plus tôt. Mais surtout, ils nous expliquèrent avoir vu, quelques heures auparavant, toute une procession de cultistes se rendre en direction des parties basses des catacombes, vers une destination inconnue.

Nous suivîmes cette piste, qui nous mena vers une large salle, gravée de motifs indubitablement Xenos. Malgré notre formation à différents systèmes de marquages xenos, nous fumes incapables d’attribuer ces glyphes à une quelconque race connue de nous. En revanche, ils semblaient correspondre aux glyphes présents sur les artefacts collectés par l’inquisiteur Vincent. Cette pièce nous paraissait extrêmement ancienne, datant probablement d’avant l’ère de l’Imperium, et peut-être même d’avant les premiers pas de l’homme hors de la Sainte Terra. je suggère l’investigation de ces ruines par une équipe d’adeptes et d’historiographes pour tâcher d’en savoir plus.
Au centre de cette salle s’ouvrait un puits très profond, d’où s’élevaient les échos de prières impies. En bas de ce puits, nous pûmes apercevoir une assemblée.
Décidés à en savoir plus, nous entreprîmes la descente de ce puits de plusieurs centaines de mètres de profondeur. Arrivés à proximité de l’assemblée, nous confirmions visuellement qu’il s’agissait bien de xeno-cultistes. Ils étaient regroupés dans un immense cercle gravé dans la pierre, et rendaient louange à une statue, parodie grotesque de squelette humain. La statue en question correspondait largement aux histoires du folklore local parlant d’anciens êtres habitant cette planète avant la venue de l’homme, et élevant leurs élus au bonheur suprême. Ces cultistes s’étaient fourvoyer avec les xenos, et un châtiment rapide serait faire preuve de pitié envers eux, en leur permettant d’en finir avec leur existence corrompue.
Nous purgeâmes la centaine de cultistes avec célérité et regret. Il n’est jamais agréable de devoir expurger des frères gangrenés par la souillure du chaos ou des xenos. Il convient néanmoins de signaler que ces cultistes nous opposâmes une résistance farouche, recourant notamment à des armes xenos de facture inconnue mais à grand pouvoir destructeur. Il m’a semblé que le mode de fonctionnement de ces armes reposait sur une sorte de désintégration, moléculaire ou même atomique, mais je ne puis en être sûr.
Nous saisîmes l’une de ces armes intacte, et la sécurisions pour investigation par l’Ordo Xenos.

Empruntant l’itinéraire que ces cultistes avaient dû emprunter pour descendre, nous remontions vers la surface pour aboutir dans une tannerie. Procédant à un interrogatoire des occupants, nous apprîmes que le maitre de cette tannerie était le chef des cultistes que nous avions éliminés.

Peu de temps après, nous fûmes contacté par celui qui se présenta à nous comme Lazel Dyne, un ancien acolyte de l’inquisiteur Vincent, sans nouvelles de son maître depuis un an. Il nous indiqua avoir souhaité accompagné son seigneur lors du départ en expédition de celui-ci, mais ce dernier lui ordonna spécifiquement de ne rien en faire, et de rester dans la cité, “au cas où les choses tourneraient mal”. Je ne peux ici que louer la sagacité de l’Inquisiteur.

Dyne nous apprit que son maitre était parti dans l’hémisphère sud, vers la zone où il supposait que se trouvait la fameuse cité xenos. Dyne fut en mesure de nous circonscrire grossièrement la région en question, vers laquelle nous résolûmes de nous rendre dans les plus brefs délais. Il nous restait cependant un détail à régler avant de partir. Grâce à Dyne, nous pûmes arranger un rendez-vous avec Alexeï Drahj, le chef local du cartel des passeurs de Transpire. Trop de foyers d’hérésie existaient sur cette planète, et nous souhaitions les anéantir un à un.
En quelques minutes, l’affaire fut réglée, mais Alexeï Drahj se révéla plus corrompu encore que nous ne l’envisagions. Il eut ainsi recours à plusieurs artefacts xenos impies pour nous affronter, se livrant à diverses sorcelleries xenos pour nous abuser et tenter de prendre le dessus sur nous. Mais notre foi en Sa grandeur et le Saint Bolter nous apportèrent une victoire rapide.

Nous préparions ensuite notre trajet vers l’hémisphère sud. La zone indiquée par Dyne était assez vaste, en plein territoire insurgé, et comprenait 4 forteresses impériales. Chacune d’entre elles avait pu servir d’étape à l’inquisiteur Vincent un an auparavant. Nous décidions de visiter les 4 forteresses.

Fin du rapport.

Pensée du jour: La foi d’un guerrier en son commandant constitue sa meilleure armure et sa plus puissante arme.

+ + + Procédure de transmission… + + +
+ + + Transmission confirmée + + +
+ + + Procédure de déconnexion… + + +
+ + + Déconnexion confirmée + + +

View
Mission d'escorte sur Karlak - 1er rapport

+ + + Procédure d’identification… + + +
+ + + Identité confirmée: Frère Varus – Deathwatch + + +
+ + + Recherche accréditation… + + +
+ + + Accréditation Sigma Prime + + +
+ + + Coordonnées Temporelles: 217 816M41 + + +

Rapport n°1
Mission: escorte et d’investigation
Lieu d’intervention: Karlak, monde forteresse, ceinture de fer, Etendues de Jericho

Au repère temporel 198 816M41, notre équipe d’extermination fut convoquée par l’inquisitrice Adrielle Quist dans la forteresse d’Erioch. Quist nous montra le dernier message qu’elle avait reçu quelques heures auparavant de la part de l’inquisiteur Zaer Vincent. Le message datait d’un an auparavant.
Zaer expliquait mener une investigation sur le monde forteresse de Karlak, situé dans la ceinture de fer. Il recherchait des ruines xenos immergées dans les mers du sud de ce monde, dont il avait finalement pu trianguler la position. Il s’inquiétait également de la présence de xeno-cultiste sur la planète et du haut degré d’organisation dont ils faisaient preuve dans leurs activités. Vincent soupçonne qu’une force extérieure non identifiée, ou bien une survivance des précédents occupants xenos de cette planète, ne soit derrière ces agissements. L’inquisiteur indique être sur le point de se rendre en personne sur le lieu géographique des ruines xenos. Redoutant un destin funeste, il précise que l’ensemble de ses notes sont dans ses quartiers, dans la Citadelle Primaris. Il achève son mot en présentant des excuses à l’inquisitrice Quist sur un sujet sur lequel l’inquisitrice ne s’est pas ouverte.

Décidée à aller sur place sur la trace de l’Inquisiteur Vincent, l’Inquisitrice Quist a sollicité un support de la Deathwatch pour ses opérations sur place. Notre escouade a été affectée à cette mission.
Objectifs de mission:

  • Assurer la sécurité de l’Inquisitrice Quist
  • L’assister dans ses investigations sur place
  • Retrouver la trace et si possible secourir l’Inquisiteur Vincent
  • Eclaircir le mystère de la cité engloutie mentionnée par Vincent
  • Purifier les xeno-cultistes

Notre équipe est prête au départ dans les 2 heures, et nous embarquons à bord du vaisseau personnel de l’Inquisitrice, l’Angelus Invictus, un vaisseau de modèle peu conventionnel car malgrè des dimensions très réduites, il est capable de transfert Warp. Sa taille lui permet également des vol atmosphèriques.
Voyage sans incident jusque Karkak.
Nous rencontrons quelques membres de la suite de l’inquisitrice, en particulier Nilsey, un assassin du temple Vindicare. Quiest semble disposer de ressources conséquentes.

Lors de notre arrivée sur Karlak, nous sommes accueillis par le Seigneur Général Castus Iacton, l’autorité militaire et administrative suprème dans le système.
Celui-ci nous conduit immédiatement dans ses quartiers, où, nous dit-il, il entrepose un objet que l’inquisiteur Vincent lui a demandé de remettre en mains propres à l’inquisitrice Quist dès son arrivée. En chemin, le Seigneur Général nous confirme la disparition de l’inquisiteur Vincent depuis près d’un an.

L’objet en question est une sorte d’écrin à sécurités multiples. L’inquisitrice retira ses gants et commença à opérer la manipulation nécessaire afin de l’ouvrir. Quelque chose n’allait pas… Quist avait bien mentionné que les éléments nécessaires étaient dans ses quartiers, et il ne parlait pas de cet écrin dans son message… Mon inquiétude fut confirmée lorsque l’inquisitrice s’écroula sous nos yeux. Elle avait été empoisonnée par un poison de contact déposée sur l’écrin en question! Une prompte intervention de notre part permis de lui éviter la mort, mais elle est désormais dans un coma profond pour probablement plusieurs jours.

Alors que nous conduisons l’inquisitrice inconsciente dans ses quartiers, l’examen auspex de l’écrin révéle bien la présence d’un poison de contact.

Le Seigneur Général s’est montré inquiet au sujet de Quist. Il est manifestement conscient d’être le principal suspect en cette affaire, l’écrin n’ayant pas, selon ses dires, quitté le coffre fort dans lequel il l’entreposait depuis un an. Même son rang de Seigneur Général ne le protégera pas du peloton d’éxécution – ou pire – si il est reconnu coupable de tentative de meurtre sur une représentante des Saints Ordos de l’Inquisition.

J’ai laissé frères Varus et Adivarius dans la chambre où nous avons conduit l’inquisitrice, afin de veiller sur elle.

Frères Ares, Elias, Helmut et moi-même nous dirigeons vers les anciens quartiers de Vincent, pour tenter d’en savoir plus.

Analyse et conjectures.

Projection primaire: l’inquisiteur Vincent a lui-même empoisonné l’écrin afin d’assassiner l’inquisitrice Quist.
Il savait que l’inquisitrice l’ouvrirait elle-même. Les deux semblent avoir partagé quelque chose qui s’est mal terminé.
Probabilité: improbable. Quist n’a jamais laissé entendre que leurs relations s’étaient dégradée au point de justifier un assassinat. Au contraire, à en croire son message, Vincent paraissait contrit.

Projection primaire: le Seigneur Général Castus Iacton a cherché à assassiner l’inquisitrice Quist.
Probabilité: quasi-nulle. Le moment était très mal choisi pour une élimination. Il savait qu’il serait le premier suspect, et il était peu judicieux de sa part de chercher à l’éliminer en notre présence.
Néanmoins, le Seigneur Général Castus Iacton reste, à ce stade de l’enquête, le premier suspect.

Projection primaire: une force inconnue cherche à assassiner l’inquisitrice Quist afin qu’elle ne poursuive pas les investigations de Vincent.
Probabilité: haute. Toutefois, il reste a expliquer comment ce coffret, entreposé dans un coffre fort, a put être piégé. Ce mode opératoire implique une excellente organisation et des agents infiltrés dans la Garde Impériale. Cela ne ressemble au modus operandi d’aucune espéce xenos majeure des Etendues de Jericho (les cultes genestealers n’agissent généralement pas de cette manière, et ce n’est absolument pas dans les méthodes Tau). Les espèces xenos majeurs non endémiques semblent également hors de cause en la matière (les orks ne sont pas assez subtils, les eldars et les eldars noirs disposent d’autres moyens pour se débarasser d’une cible, même si le poison reste une arme courante chez les eldars noirs). Peut-être une espèce locale de xenos encore non disparue et vivant dissimulée depuis l’arrivée de l’Imperium? Peut-être les batisseurs des structures englouties?
Projection secondaire: cette tentative d’assassinat est l’oeuvre de rebelles/serviteurs du chaos, qui ne veulent pas que l’Imperium mette la main sur ce qui se trouve dans les structures englouties. Elias a murmuré “Alpha Legion”, et les intuitions des psyker sont souvent à prendre au sérieux. Ce type de manoeuvre est effectivement dans les pratiques de ces traitres.
Projection tertaire: une puissante faction du chaos, potentiellement l’Alpha Legion, s’est infiltrée sur Karlak pour affaiblir le dispositif impérial. Ayant placé des pions à différents niveaux stratégiques et encouragé les activités dissidentes des xenos-cultistes, ils ne souhaitent pas que l’inquisitrice Quist reprenne les investigations de Vincent. Par peur qu’elles ne mènent à eux? Par crainte que l’Imperium découvre ce qui se cache dans les structures englouties? Par volonté de s’approprier le contenu de ces structures pour leurs sombres desseins?

Protocole d’intervention:

  • poursuivre l’analyse du coffret, identifier la nature et la provenance du poison, identifier ce qu’il contient ou ce qu’il a put contenir
  • assurer la protection de l’inquisitrice. Mise en oeuvre de 3 niveaux de protection:
    1) faire courir le bruit que l’inquisitrice est décédée
    2) indiquer au Seigneur Général Castus Iacton et ses plus proches collaborateurs que l’Inquisitrice est en réalité rétablie mais qu’elle préfére rester incognito. Elle restera dans ses quartiers, sous la protection permanente de la Deathwatch, qui lui serviront en outre d’agents de terrain
    3) en réalité, évacuer discrétement l’inquisitrice vers son vaisseau (dissimulée dans un caisson d’équipement de la deathwatch?) qui se repositionnera en orbite. Elle sera sous la responsabilité de l’assassin Vindicare. Seul le personnel inquisitorial sera informé. Indiquer au personnel de l’inquisition de mener une fouille du vaisseau, par prudence, après leur décollage, pour prévenir toute infiltration des élements séditieux.
  • poursuivre l’enquête de Vincent: explorer ses appartements, mettre la main sur les documents qu’il mentionnait dans sa lettre, remonter la piste de ses derniers déplacements avant sa disparition, se renseigner sur le personnel qui l’accompagnait
  • identifier et neutraliser les éléments séditieux et les forces anti-impériale: investiguer sur l’identité du personnel ayant eu connaissance du coffret et de sa position, analyser le coffre fort pour identifier des traces d’effraction ou relever des empreintes digitales. Interroger les principaux suspects.

Fin du rapport.

Pensée du jour: Pour un guerrier, le seul crime est la lacheté.

+ + + Procédure de transmission… + + +
+ + + Transmission confirmée + + +
+ + + Procédure de déconnexion… + + +
+ + + Déconnexion confirmée + + +

View
Frère Varus en mission d'infiltration incognito

Varus_d_guis_.jpg

View
Welcome to your campaign!
A blog for your campaign

Wondering how to get started? Here are a few tips:

1. Invite your players

Invite them with either their email address or their Obsidian Portal username.

2. Edit your home page

Make a few changes to the home page and give people an idea of what your campaign is about. That will let people know you’re serious and not just playing with the system.

3. Choose a theme

If you want to set a specific mood for your campaign, we have several backgrounds to choose from. Accentuate it by creating a top banner image.

4. Create some NPCs

Characters form the core of every campaign, so take a few minutes to list out the major NPCs in your campaign.

A quick tip: The “+” icon in the top right of every section is how to add a new item, whether it’s a new character or adventure log post, or anything else.

5. Write your first Adventure Log post

The adventure log is where you list the sessions and adventures your party has been on, but for now, we suggest doing a very light “story so far” post. Just give a brief overview of what the party has done up to this point. After each future session, create a new post detailing that night’s adventures.

One final tip: Don’t stress about making your Obsidian Portal campaign look perfect. Instead, just make it work for you and your group. If everyone is having fun, then you’re using Obsidian Portal exactly as it was designed, even if your adventure log isn’t always up to date or your characters don’t all have portrait pictures.

That’s it! The rest is up to your and your players.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.